le cadeau de l'eau

Hitiaa faraura haut cascade3 chantal alex

" tout le jour, on trouvait étendues les belles jeunes femmes de Papeete, qui passaient les chaudes journées tropicales à causer, chanter, dormir, ou encore à nager et plonger comme des dorades agiles. Elles allaient à l'eau vêtues de mousselines qu'elles gardaient pour dormir, toutes mouillées sur leur corps, comme les naïades d'autrefois. " 

Le pouvoir de l'eau en Polynésie, c'est d'abord l'infinie générosité des lagons généreux en poissons : quelques mns suffisent quelquefois pour remplir, sur le récif, la nasse familiale. Complice, l'océan transporte sur son " dos", non seulement une grande richesse de flore et de faune marine, mais aussi du bois flottant; ce même bois qui nourrit longtemps l'inspiration créatrice de l'architecte-sculpteur Jean Claude Michel dans la construction du somptueux hôtel " Hana iti" , qui fut, malheureusement détruit au cours d'un incendie : le plus bel hôtel de Huahine. 

Outre les incontournables plaisirs du nautisme, traverser le décors naturel d'un théâtre vivant : en scaphandre, en apnée , dans les abysses de l'océan pour y découvrir des harmonies de couleurs que même votre mental n'avait pas encore imaginé. 

En 1880, Pierre Loti vantait largement les mérites de l'eau à travers ces bassins nichés dans la montagne qu'il avait plaisir à appeler les baignoires naturelles de Tahiti, qui accueillaient la vie langoureuse d'antan sous les orangers parfumés. 

Et n'existe-t'il pas de légende plus belle que celle des trois cascades de Faarumai, l'un des joyaux tahitiens, qui protégèrent à jamais les amours de deux tourtereaux enflammés.  

Pour un vivant lâcher prise et gôuter la tranquillité des lieux, quoi de plus relaxant que de remonter en kayak la superbe rivière Faraoa, fierté de Raitea, ou vous baigner dans le bleu transparant du lac Vaihiria auréolé de cimes montagneuses. 

Enfin, n'oublions jamais que sans le pouvoir de l'eau qui fait pousser les tiare et offre chaque jour son ode à la vie, la Polynésie serait peut-être encore aujourd'hui une terre inconnue et perdue au coeur du Pacifique. Saluons donc le courage indomptable et invincible des anciens navigateurs qui parcoururent des milliers de kms sur leurs pirogues à balanciers. 

Saluons enfin cette ouverture au monde, point de départ des piroguiers vers des îles et contrées encore inconnues : le triangle polynésien, constitué au nord de l'île de Pâques, à l'est de Hawai, et au sud, de la Nouvelle Zélande qui vit alors naitre une nouvelle race de souche polynésienne : les māoris. 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 17/07/2017

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×