Scenes de vie quotidienne : Marquises

Numerisation00031 2

Sur les douze îles de l'archipel, seulement six, se dressant fièrement comme des forteresses, sont habitées: Nuku Hiva, Ua Uka,  Hiva Oa, Ua Pou, Tahuata, et Fatu Hiva. Dans l'atmosphère rude mais authentique d'une agriculture rustique, de la pêche et de la chasse, l'hospitalité marquisienne est une règle d'or. Dans les fours marquisiens, qui parfois, ne sont qu'un trou creusé dans le sol, cuisent à l'étouffée dans des feuilles de bananier: le cochon, le taro et les bananes fei. Cet animal, bien que fort apprécié dans les assiettes, à un long passé mythique derrière lui et possède même ses danses, ses légendes et ses adorateurs. Parfois couronnée d'une parure végétale faite de petites fougères et de bois de santal mélangé à l'ylang-ylang, une petite fille au sourire éclatant apportent quelques uru (fruit de l'arbre à pain) pour agrémenter le festin. Quelques takoas, oiseaux blancs à plumes jaunes, et de rares perruches, sillonnent les cieux, attirés sans doute par les odeurs culinaires. Plus loin, le son du pahu (tambour) rythme les chants et danses ancestrales des marquisiens. 

Etoiledelune marquises hiva oa fete du tourisme pahu1

Dans les villages, les vanilleraies et la récolte du coprah apportent quelques ressources, comme en témoigne la densité impressionnante des cocoteraies sur les massifs montagneux, à la lisière desquelles quelques tâches de couleurs signalent la présences de rares habitations. Dans les cours d'eau, les anguilles à oreilles et les chevrettes (crevettes) viennent renforcer les prises quotidiennes des pêcheurs. Les femmes ne restent pas inactives, loin de là, occupées au tressage des feuilles de pandanus pour la confection de paniers et de chapeaux. Des artisans vendent le produit de leur travail : de magnifiques sculptures en os ou en bois de rose.

Maxresdefault

Sur la route de Taiohae, au nord, bordée de flamboyants jaunes et rouge,  un groupe de jeunes filles vêtues de robes fleuries cheminent en discutant joyeusement vers le temple pour aller écouter les himene (chants) des mamas. Les enfants sont souvent présents lors de cérémonies officielles, ponctuant le sacré d'un panel de couleurs infinies.  Des chevaux sauvages traversent les plages sous l'oeil protecteur et dominateur des tikis qui ne sont jamais bien loin. Souvent montés à cru, et en raison de l'état de certaines routes, le cheval est 'une nècessité plus qu'un agrément dans ces régions où la nature règne en maître.

Mar

Une nature tropicale envahissante mais utile, puisqu'on ne recense pas moins de 38 utilisations possibles pour le cocotier depuis la racine jusqu'à la noix. Ainsi les troncs d'arbres seront mission:  dans la sculpture,  la construction de pirogues où d'instruments de musique. Le bois d'hibiscus deviendra tapa, les feuilles de cocotiers et de pandanus tressées abriteront les fare ni'au, ou feront des très jolis paniers et chapeaux. Les fleurs, multiples et multicolores, symboles éphémères de continuité, se sont donné pour objectif de relier l'homme à la nature, dans la confection de superbes couronnes ornant la tête des danseuses. Les longues feuilles vertes de Auti sont parfaites pour confectionner un costume dans l'envoutant parfum des gardénia blancs, sur un tapis de jeunes fougères dont le vert tendre relève le bleu cobalt de la mer. 

Hakamanu 3 1203024612

Aux îles Marquise, l'homme est intrinsèquement uni à la terre qui le lui rend bien. Ainsi la danse est reconnaissance; envers les ancêtres sur les tohua, ancienne place publique où se tenaient les réunions et cérémonies. Quelques musées, comme celui de Vaipaee, sur l'île de Hua Huka, exposent de beaux objets anciens.

Kava 1 1198830950

 

 

18 votes. Moyenne 2.89 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 16/11/2016

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×