Fatu iva,

10174994 10152551002677844 2751583243053712229 n

Une chenille dans un vers à soie, hormis la forme de l'île, c'est l'impression que donnent les parois volcaniques qui encadrent la baie, avec ses trois sommets: le mont Faeone 820m, le mont Teearua 885m, et le mont Tauonoho 960m; pour en faire un site unique au monde, sauvage et préservé. Reliée aux autres îles par des cargos ou un bonnitier communal qui fait la navette avec Hiva 'oa. elle peut être fière de ses deux jolies vallées : Omoa  et Hanavave , qui offrent un magnifique panorama sur la baie des vierges. Un 4/4, un cheval, ou en spead-boat permet d'en faire le tour.  C'est une île plutôt isolée qui présente l'avantage de se fondre dans le paysage et d'y savourer une paix authentique dans l'amour de la tradition 

11141346 988717011161844 7875807421981228219 n

Les tapas:

A l'époque tribale , un tissu d'origine végétale qui faisait office de  vêtement, est encore utilisé aujourd'hui pour réaliser des objets de décoration, avec un clin d'oeil certain pour les motifs ancestraux du tatouage. Prélevé dans de jeunes troncs de murrier, maiore ou banian, dont on a prit soin d'ôter l'écorce, celle ci est fendue pour ne garder qu'une bande de 3 à 5 mm de largeur qui  sera ensuite frappée avec un battoir en bois de fer, sur une pierre plate et arrondie. Plusieurs heures sont nécessaires pour l'amincir à quelques disièmes de millimètres. Il est ensuite rincé à l'eau douce pendant quelques heures aussi. Ainsi éclairci et nettoyé, on le pose sur une planche pour le faire sécher au soleil. Il sera enfin décoré à l'aide d'une encre végétale extraite de lianes locales. 

936923 10151421356072844 1464404894 n

La sculpture sur pierre:

On trouve encore de nos jours quelques sculptures constituées d'une tête de tortue (ou une tortue entière), traversée par une tige de bois et reliée à des brins de fibre de cocotier. La veille du jour de pêche, elles devaient passer la nuit sur le marae avec les pêcheurs. Travaillée avec une hachette, puis dessinée au poinçon, elle était poli avec de la cire. Utilisée à l'époque pour la pêche à la tortue qu'elle était sensée attirée, la sculpture était jetée à la mer après une bonne prise... pour ensuite revenir seule sur le maraé (selon la légende). Il ne resterait qu'un sculpteur sur pierre sur Fatu iva. 

Pierre tortue

Les bananes séchées :

Mises à l'abri des oiseaux, les bananes étaient mises à murrir, empilées sur des claies, et cuites plusieurs fois de façon à les faire sécher; ceci pendant une dizaine de jours. Rassemblées dans des feuilles de bananier, elles pouvaient ainsi être conservées pendant plusieurs mois. Sur l'île, Cécile Gilmore pratique encore cette tradition. 

Le popoï: 

Cuit au feu de bois, le mei, fruit du maiore est cueilli deux fois par an pour accompagner la plupart des plats à base de coco. Jadis conservé plusieurs années dans la terre en semi - fermentation, il est aujourd'hui foulé aux pieds pour en faire une pâte, puis écrasé avec un pilon de bois pour lui donner une texture onctueuse. Il est ensuite conservé dans des bidons de 50 litres: on l'appelle le ma. Mélangé avec du lait de coco, il est alors chauffé au four et l'enveloppé dans des feuilles de purao: c'est le popoï. Ce plat peut accompagner des plats de viande comme la chèvre au lait de coco. 

Mei2

Le Umuhei: 

Le Umuhei est un petit fagots de feuilles odorantes que les femmes se mettent dans les cheveux (voir à d'autres endroits du corps pour se parfumer) ou encore, comme un sachet de lavande dans une chambre. Voici la composition : Fenouil ou aneth, menthe, miri, mati, une petite "brochette" d'ananas, poudre de bois de santal, feuilles d'ylang ylang, fleurs de vaho vaho, de opuhi et de tiare, racines de mouu et de hinano, et vanille. 

Que voir à Fatu hiva ? 

La distance d'Omoa à la baie des vierges est l'occasion d'une superbe promenade de 4 heures pour les passagers de l'Aranui. Elle permet aussi d'observer les oiseaux, et particulièrement les perruches, (vini ultramarina) nouvellement revenues sur l'île, de même que les cochons sauvages. Les pentes vertigineuses de ce canyon au tapis de verdure s'ouvrent sur une plage de galets noirs pour rejoindre la baie où quelques baleinières attendent sagement. Près des charmantes églises blanches, Vous croiserez peut-être des artisans réalisant de très jolies pirogues en bois peintes de couleurs vives. Utilisées pour la pêche, elles peuvent supporter jusqu'à 200 kgs de poissons par semaine. Découpés en filets, le thons jaunes, les bonites et autres espadons ou marlins sont conservés dans des frigos avant d'être emmenés au marché de Papeete. 

10437600 17110225

Planter des fruitiers pour protéger la forêt:

Récemment, des plants de fruitiers à valeur commerciale ont été mis en terre dans les zones cultivées, proche des zones de reproduction du Monarque de Fatu Hiva. Il ne reste aujourd'hui que quelques couples de cet oiseau endémique. Cette action, menée au bénéfice des agriculteurs et des oiseaux, devrait permettre de laisser repousser la forêt des bords de rivière; et ainsi de récolter de nouveau fruits qui n'existent pas aux Marquises. Ce projet est financé par l'Union Européenne, le Territoire de Polynésie Française et la Fondation Jensen/BirdLife International.

Oiseau terrestre endemique monarque de fatu hiva jeune

 

 

 

 

l

7 votes. Moyenne 4.14 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 15/11/2016

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×