l'artisanat maori

Maison culte maorie

Des objets, des matériaux :

" La vie quotidienne était rythmée par la pêche et la chasse. Mais on passait aussi beaucoup de temps à confectionner des objets sacrés ou usuels. Les matériaux durs, comme le bois et la pierre, étaient travaillés par les hommes. La sculpture, appelée wakahuia, était une occupation réservée aux chefs. Les figurines représentaient les divinités maories, les taumatas atuas. On utilisait également l'os, la fibre végétale, les plumes, les coquillages. L'un d'eux, le paua, aux reflets bleu-vert, servait à représenter les yeux des statues et leur donnait cet éclat particulier qui les faisait paraître vivantes. Les outils se composaient d'herminettes de pierre à manche de bois et de forets à pointe de pierre. Les statuettes allaient ensuite protéger les demeures ou bien orner la petite chapelle sur pilotis. D'autres, dédiées aux divinités de la fertilité, allaient prendre place dans les champs afin d'assurer de bonnes récoltes. Les hommes fabriquaient aussi des boîtes en bois magnifiquement travaillées, incrustées de nacre. Les os de baleine étaient utilisés pour la fabrication d'armes, les dents de cachalot pour les parures. Les femmes confectionnaient de petits objets personnels, comme les peignes, les broches, les parures en plumes, les boucles d'oreilles, les amulettes hei-tiki qui protégeaient contre les mauvais esprits générateurs de maladies et de malheurs. Elles fabriquaient aussi, avec les feuilles vertes du flax, des paniers et des plats. Le même flax broyé, macéré, et décoloré, donnait une fibre solide dont on tissait des vêtements. Il servait de même à lier les charpentes des pirogues ou des maisons, pour lesquelles on utilisait pas de chevilles en bois. Voiles et cordages étaient également tissés dans cette matière. Le travail était toujours accompagné de chants et d'histoires." Extrait de " Princesse Maorie" de Bernard Simonay.

G026178 80243 1439946005 1280 1280

Lorsque les maoris arrivèrent sur Aotearoa, ils durent apprendre à " apprivoiser" les ressources locales, donnant naissances à des techniques raffinées. Le kauri et le totara se muèrent en pirogues élégantes et finement sculptées qu'ils recouvraient d'argile rouge de requin afin de les préserver. Mythologie et sculptures étaient étroitement liées, et les représentations des anciennes divinités ornent encore aujourd'hui les marae. Nombre de bijoux ou d'objets usuels porte le hei-tiki, considéré comme un porte bonheur. Au maori art and kraft de Rotorua, les jeunes maori renouent avec l'art ancestral et réapprennent à travailler le bois, l'os et la néphrite, ou à fabriquer des vêtements de cérémonie en lin; suscitant ainsi de plus en plus d'intérêt chez les européens.

Flax weaving 3 taini 1

Le lin est assoupli dans des sources thermales, puis les fibres sont tissées en robes par les femmes maories. Les hommes portent également des manteaux en lin, bordés de motif géométriques (taniko).  Fidèles à la tradition orale, le tissage pouvait contribuer à expliquer une légende, une histoire locale. Les célèbres moas (autruches de 5 m de haut aujourd'hui disparues "confièrent" leurs os à la confection de tiki, taillées à l'aide de couteaux aiguisés. A l'entrée du pa, il n'était pas rare de découvrir des sculptures grimaçantes à forte connotation spirituelle ayant pour but de faire peur à l'ennemi. D'autres figurines avaient pour mission de protéger la tribu contre la colère des dieux et à intercéder en leur faveur. L'herminette de néphrite (jade) était réservée aux chefs, témoignant de sa position sociale et de son autorité. 

Wt hunting moa free 0

Symbole de prestige, les pirogues de guerres rougeâtres, soulignées de détails noirs et blancs, et couronnées de plumes pouvaient accueillir jusqu'à 200 guerriers. Près d'une centaine de pagaies leur assuraient une vitesse surprenante. Certaines, plus larges, destinées plus spécialement au transport des navigateurs, comportaient un système de balancier qui leur assurait une bonne stabilité contre les "facéties" toujours possibles du Pacifique. 

39913465 cette image montre un marae maori maison de r union et de rencontre

Des bâtiments-ancêtres :

la whare runanga (maison de réunions) symbolisait à la fois la vie sociale et la révolution artistique maorie. Elle jouait un rôle crucial durant tout le 20e siècle: réunions permettant de discuter des problèmes de la tribu (maladies apportées par les colons, combats etc...) Certaines ont subsisté dans l’île nord. Les grands bâtiments maoris portaient le nom d’un ancêtre et leur construction symbolisait cette personne.  L’arête faîtière représentait son échine, les poutres ses côtes, les planches de la façade, parfois terminés par des doigts, figuraient ses bras; son masque facial coiffait le pignon. Certains maoris pensent encore qu’en le pénétrant, ils entrent dans le coeur protecteur de leur ancêtre. De nombreuses maisons de réunions se visitent dans Tama te kapua, construite en 1878 à Ohinemutu, à Roturua. Elles sont le plus souvent privées, mais les visites sont parfois autorisées si permission préalable. 

"A l'inverse des demeures des colons, les whare n'étaient pas refermés sur eux mêmes. Construits sur pilotis pour éviter les insectes, ils laissaient entrer le vent, la lumière, les parfums de l'extérieur, le bruissement du vent, les appels des animaux, les cris des oiseaux, ou encore les jeux des enfants. Les odeurs de plantes et de la cuisson des aliments dans la cendre flottaient dans l'air, constituant une symphonie de vie omniprésente et familière et une réelle communion avec la nature."

6288d7c720d89e30dc18c1dc9589e92e

Deux courants majeurs divisent aujourd'hui l'art maori:

1) le whare whakairo (maison de réunion sculptée) comprend :

* le whakairo: (sculpture)

* le kohaiwhai (peinture)

* le tukutuku (panneau tissé) qui réunit avec élégance les techniques ancestrales et modernes.

2) En 1960 apparaissent les galeries ou expose entre autre la génération " kamatua".  Dans les années 70 à 80, un autre groupe allie les symboles militants, les couleurs vives et l'expressivité et enfin l'art de la vidéo. Si les techniques anciennes sont toujours d'actualité, les matériaux sont généralement plus modernes. 

Des publications artistiques ont vu le jour. Certaines galeries, comme la Mataora Gallery ou encore  la "Te taumata gallery" à Auckland sont réservées à l'art maori. 

Annereyes poissons n 2

L'art du tatouage: Le moko (tatouage) est toujours bien vivant, sur le visage, les cuisses, et les jambes pour les hommes; et sur les lèvres, le menton, et les jambes pour les femmes. Si les " pistolets " ont fait surface, la tendance revient à la bonne vielle technique du uhi (ciseau) élevant le tatouage au rang de sculpture. 

La technique: Le tatouage faciale indique le rang de la personne. Les ciseaux en os d'oiseau trempés dans un pigment charbonneux qui bleuit sous la peau pratiquent des incisions profondes pour les hommes, tandis que les peignes à aiguilles tatouent les femmes. Un savant mélange de vapeur, de fumée et d'huile à préservé intactes les têtes maories exposées dans des musées européens. Sur certains poteaux, des portraits reproduisent le tatouage d'une personne précise. 

Les artistes maoris s'appuient sur leurs croyance en des dieux et esprits ancestraux. longtemps, ils virent des forces mystiques et psychiques à travers les éléments naturels: le mana, qui pouvait aussi bien calmer une tempête que rendre la mer généreuse en poissons, mais qui diminue en présence d'un contact impure. Pour cette raison, une femme ne pouvait s'approcher d'un homme réalisant un objet d'art. 

Et enfin, le korero (art oratoire) assure toujours un mana élevé, (jadis au guerrier et à son chef ) lors des cérémonies religieuses ou publiques.

Peindre guitare style polynesien maori

Quatre périodes déterminent l'art maori au fil des siècles:

* 1) archaïque:

Les maoris descendant directs des Polynésiens, survivent par la chasse, la cueillette; la pêche.  Leur art se caractérise par des formes austères dont certaines surpassent par leur pureté tout ce qui a été fait depuis. Ils cultive la kumara, (patate douce) et vivent des ressources de la forêt et de la mer.

2)classique:

 le système tribal et très organisé dans les fôrets territoriales. Ce sont des artistes à part entière 

3) historique:

L’art maori doit s’adapter au changement comme le christianisme, les mousquets, les canons, les outils en métal, les tissus européens et des cultures nouvelles. En 1800: périodes de guerres dévastatrices, les pa indéfendables sont abandonnés ainsi que les pirogues de guerre.

* 4) Moderne:

1900 à nos jours.  la maoritanga (culture maorie) attire de plus en plus d'européens à partir de sa renaissance. Au XXe siècle: Sir Apirana Ngata , Sir Peter Buck (Rangi Hiroa) se font les avocats de l’étude et du renouveau de l’art maori diffusé par la maison de réunions.

743780391 maori sculpture sur bois objet d art artisanat d art

Les thême artistiques:

* La forme humaine: (tikis) figure les ancêtres ou les dieux adoptant souvent les postures de danses guerrières. Le thème de l'oiseau revient souvent également, ces deux thèmes se superposant afin de former un hybride: La manaia, l'homme oiseau:  (les anciens pensaient que l'âme des mort se déplaçait à dos d'oiseau ). La manaia pouvait aussi être un homme-lézard. Elle symboliserait le pouvoir psychique du tiki. 

* Le pakake: (baleine), on les trouve sur les façades des granges, la bouche est symbolisée par de larges spirales entrelacées. 

* les taniha : hommes sirènes, créatures mythiques qui hantaient les bassins d'eau douce et les grottes. 

* Les marakihau: esprits ancestraux réfugiés sous la mer.

* Les koru: Tiges incurvées dans un bulbe.

72315214dacbde857408ab48c81aeb3a

le matériel:

* bois, pierre, fibres et coquillages. La forme de la sculpture était taillée avec une herminette et décorée au burin mais le punamu (néphrite) était préféré. 

* Vrilles à pointe de pierre, coins et maillets.

*la peinture à l'huile remplace le kohowhai ocre rouge (pigment)

* le pounamou : néphrite ou jade était un matériel sacré. L'artisan utilisait une lame en grès pour réaliser un pendentif en jade. 

*Os: de baleine pour les armes, dents de cachalot pour les parures; les poils de chiens et les plumes d'oiseaux décoraient les manteaux ou les armes. 

Il 570xn 617091562 3zgj

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 



 



 

 

          

4 votes. Moyenne 3.25 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 09/12/2016

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×